Un nouveau webmagazine
en ligne tous les mardis
Retour

Fiche du livre


Femme qui fuit (La)

de Anaïs Barbeau-Lavalette
Résumé

Anaïs Barbeau-Lavalette n'a pas connu la mère de sa mère. De sa vie, elle ne savait que très peu de choses. Cette femme s'appelait Suzanne. En 1948, elle est aux côtés de Borduas, Gauvreau et Riopelle quand ils signent le Refus Global. Avec Barbeau, elle fonde une famille. Mais très tôt, elle abandonne ses deux enfants. Pour toujours. Afin de remonter le cours de la vie de cette femme à la fois révoltée et révoltante, l'auteur a engagé une détective privée. Les petites et grandes découvertes n'allaient pas tarder.

Acheter ce livre

image

Partager


Publications à propos de ce livre :

Vous l’avez lu? Dites-nous ce que vous en avez pensé!

  • Répondre

    Danielle Didot

    25 octobre 2017

    Ce livre m'a charmé par le sujet,l'écriture,le coté historique,je l'ai tellement aimé que je l'ai offert plusieurs fois à des personnes avec qui je voulais partager ce plaisir!..

    • Répondre

      Mylène Lachance

      29 octobre 2016

      Une histoire qu' on lit d' un seul trait. La vie d' une femme hors du commun.

      • Répondre

        Suzanna

        7 juillet 2016

        Un livre superbe, une écriture coup de poing, finement ciselée qui va droit au but, sans détour. Des personnages complexes, attachants, qui gagnent à être connus... et compris... On le referme, une fois la dernière page tournée et il continue de nous habiter longtemps. Bravo!

        • Répondre

          Sylvie Geoffrion

          24 mai 2016

          Coup au coeur, coup de coeur !

          • Répondre

            carole messier

            14 avril 2016

            J'ai adoré le livre. Je l'ai lu en deux jours, Je ne pouvais arrêter. Je le recommande. Très bien écrit" En lisant le résumer à l'arrière, je me suis fait une idée de cette mère indigne qui abandonne ses enfants. Mais à la lecture. on comprends très bien ses sentiments et tout s'éclaire. On apprends beaucoup sur la vie des artistes qui ont signé le Refus globale et ce qu'ils ont vécu. On bon livre qui nous fait comprendre, qu'il ne faut jamais juger avant d'avoir porter ses souliers ( porter les souliers de Suzanne la mère)

            • Répondre

              Nancie Cousineau

              14 avril 2016

              Je l'ai lu en une journée. Environ 8 heures de lecture. Je ne pouvais le lâcher. Si bien écrit. Les sentinents si bien exprimés, pourtant de façon si concie. En peu de mots, chaque phrase va droit au but.

              • Répondre

                Claire Gaucher

                13 février 2016

                Troublant, déchirant, magnifique ! Ce livre m'habite encore même après plusieurs jours !