Retour

Critique publiée par Claudia Larochelle


Charmer, s'égarer et mourir

de Christine Orban
Résumé

C'est Marie-Antoinette que je voulais écouter. L'écouter comme si j'avais été sa confidente. Sa voix résonne dans sa correspondance, dans ses silences, dans les mots effacés et retrouvés. Je l'ai entendu. Les lignes tracées de sa main sont comme des notes sur une partition de musique. Je perçois l'incertitude de son timbre, sa sensualité, je perçois des sons graves et légers comme l'eau d'une rivière, une rivière de larmes. Christine Orban

Critique

J’ai toujours été fascinée par Marie-Antoinette avec ses extravagances, ses secrets, ses ambitions, ses excès, sa personnalité limite, sa triste fin aussi, sous la guillotine avec Louis XVI qui ne l’honorait pas si bien… Elle est sans conteste une figure marquante du 18e siècle qui a alimenté des tonnes de biographies depuis la nuit des temps. Celle de Christine Orban, qui est plus un roman fortement inspiré de la vie de la dame qu’un ouvrage autobiographique précis et factuel, offre un panorama original, sensible, personnel au ton fort pertinent sur la Marie-Antoinette. C’est comme si elle avait été sa confidente trois siècles plus tard, comme si elle la connaissait depuis toujours. Le portrait est fort passionnant, vous serez, je l’espère, sous le charme autant que moi.

Partager


Donnez votre avis