Retour

Critique publiée par Claudia Larochelle


Club sandwiche

de Zviane
Résumé

Après Les deuxièmes (2013) et Ping-pong (2015), la prolifique Zviane est de retour avec Club sandwich – suite logique de son Pain de viande avec dissonances, publié par les éditions Pow Pow en 2011. Cet ouvrage rassemblait cinq courtes histoires réalisées par l'auteure entre 2008 et 2011 dans le cadre, notamment, des 24 heures de la bande dessinée d'Angoulême.

Les 24 heures de la bande dessinée sont en quelque sorte les Olympiques du neuvième art : l'auteur doit produire une histoire de 24 pages en 24 heures, en respectant à chaque année une consigne qui est annoncée lorsque le décompte commence. Cette contrainte surprise complique le travail de l'auteur, qui doit faire preuve d'inventivité tout en produisant une histoire cohérente en un temps record.

Club sandwich contient le résultat des épreuves surmontées par Zviane entre 2012 et 2016 ainsi qu'une courte bande dessinée publiée en 2014 dans la revuePapier. L'auteure y explore une veine résolument absurde, mettant en scène la construction d'un igloo intérieur ou encore la fameuse légende de Tipou, Pouti et Pouta.

Critique

Zviane est sans contredit une des bédéistes d’ici qui se démarque le plus à l’heure actuelle. Ses forces : son humour souvent absurde (qui rappelle la série télé Les Appendices), sa répartie, son imagination et la singularité de ses illustrations simples et loufoques. Souvent aussi, elle est attendrissante. Après plusieurs albums à son actif, celle qui n’a même pas 35 ans encore (je suis jalouse en titi), nous donne ces jours-ci à lire un recueil de cinq histoires qui proviennent des 24 heures de la bande dessinée d’Angoulême, qui sont un peu comme les Olympiques de la BD… L’épreuve : produire 24 pages en 24 heures… et avec des contraintes émises par les organisateurs pour rendre ça plus corsé, bien sûr ! Sinon, tout le monde se préparerait à l’avance. Le résultat de ses défis de 2012 à 2016 est impressionnant et je n’ose même pas imaginer comme elle a survécu à ça en faisant preuve d’autant de verve et d’ironie. Un hit !

Partager


Donnez votre avis